La règlementation contraignante du Grenelle pour les éoliennes est abandonnée

grenelleBonne nouvelle pour la planète, pour les écologistes et pour les particuliers. Dans mon précédent article sur le sujet j’expliquai pourquoi la réglementation du grenelle de l’environnement handicapait toute évolution de l’éolien en France ainsi que dans les consciences. Cette règle est abandonnée aujourd’hui par Jean-Louis Borloo. Ceci permettra aux petits champs éoliens d’exister, et comme je l’ai préciser dans l’article, l’acceptation des éoliennes par les particuliers passe par l’intéressement au bénéfice. Celui-ci est à nouveau possible.

éoliennesEn effet, la réglementation du second grenelle de l’environnement imposait une puissance minimale à tout nouveau parc éolien. Le seuil minimum de puissance était de 15MW (mégawatts), ce qui favorisait les grands groupes puisque de petites exploitations étaient interdites. Ainsi les « amis » du président, EDF et Veolia pouvait faire de l’argent en toute sécurité puisqu’aucun concurrent ne pouvait arriver sans développer de gigantesques moyens.

borlooCette puissance minimale imposait un certain nombre d’éoliennes, ce qui officiellement luttait contre la dispersion des éoliennes, responsables d’une baisse de rentabilité. Même s’il est important de développer une technologie rentable, les subventions sont là pour compenser la différence avec la consommation des énergies fossiles où le coût de pollution n’est pas pris en compte. Il est, bien sûr important de développer de nouvelles technologies coûteuses aujourd’hui, mais efficaces face à la raréfaction du pétrole et face à l’estimation devenue nécessaire de la pollution engendrée.

Comme développé dans l’article à ce sujet, cette loi du grenelle empêchait toute acceptation des éoliennes par les septiques. En effet en empêchant les petits parcs éoliens, le grenelle empêchait surtout aux particuliers de participer à l’effort et donc aux bénéfices. Les particuliers qui peuvent acheter une éolienne, comme cela se passe en Europe du nord, comprennent rapidement l’intérêt économique de posséder une installation. Les bénéfices engendrés par la production électrique des éoliennes particulières ont rapidement raison de toutes les objections. L’argent motive les plus réfractaires. Pour un agriculteur en difficulté dans nos campagnes (la majorité) l’esthétique discutable des éoliennes est compensée largement par le bénéfice de l’investissement. Ainsi la société acceptera sans problème ce qui protège la planète et augmente leur pouvoir d’achat.

grenelleCe retour raisonnable à une législation plus respectueuse de l’environnement que des riches lobbies nucléaires permet, selon les déclarations du ministre Borloo de créer 60 000 emplois dans le secteur de l’éolien. Aujourd’hui cette règle défavorable à la planète et favorable aux grands groupes est donc abandonnée. Tant mieux pour la planète et pour les éoliennes, subventionnées aujourd’hui mais rentables demain. Il reste néanmoins de lourdes contraintes à une généralisation du système à tout les particuliers. Les éoliennes citadines voient le jour et les lobbies nucléaires ont de moins en moins d’arguments contres ces grands oiseaux d’acier. Pour ce qui est de la rentabilité, argument souvent mis en avant, je trouve que peu importe si cette technologie l’est. Notre société doit se désolidariser de l’argent roi, et la planète a plus de valeur qu’un quelconque bénéfice. Ajoutons aussi que lorsque le pétrole aura disparu (ce qui ne saura tarder) l’éolien sera alors fortement rentable. Ainsi comme le disent depuis longtemps les écologistes, sauver la planète sauvera aussi nos sociétés. Encore faudra t’il ralentir notre course à la consommation effrénée pour créer une nouvelle société raisonnable. Mais ceci est un autre sujet…

Ce site a déménagé ! si vous avez aimé cet article, retrouvez Le Grand Village ici.

Lire l’article Les éoliennes ont elles du plomb dans l’aile ?

Advertisements

3 Réponses

  1. Bonjour,
    en fait, c’est un peu plus pervers que cela. Encore une fois on est dans la com ! Si le seuil des 15 W est supprimé, le nombre de mâts minimum (5) est maintenu.
    De toute façon, il ne faut pas se leurrer, le processus de concertation du grenelle était innovant et si les décisions actées avaient été retenues, cela aurait pu être intéressant mais il a été raboté au fil des mois.
    Il suffit de regarder ce qui se passe ailleurs pour voir qu’on est à la traine sur l’écologie. On a créé aucune industrie innovante dans ce domaine mis à part quelques dinosaures comme Véolia et Suez mais qui sont un héritage du passé. Qui fabrique des chaudières pour le bois énergie, des panneaux solaires, des éoliennes, qui propose des abonnements de transport en commun global pour tout le pays (train, bus, métro…), quelle entreprise fabrique des isolants écologiques…

  2. Bonjour,

    Je pense en effet que le problème est bien plus complexe qu’une histoire d’argent (pour qui que ce soit d’ailleurs particuliers, agriculteur ou industriel).
    Je pense hélas que encore un fois l’argent dirige tout ce sujet n’échappe pas à la règle.
    Avoir une éolienne de 120-150 m à proximité de chez soi qui tourne 25 % du temps et qui demande une centrale au gaz (ou autre) pour compenser la production quand elle ne tourne pas. Où est le progrès ? Où est l’écologie ? Où est l’économie ?
    Et je ne parle pas des nuisances visuelles.

    Pour finir un petit article : http://environnementdurable.net/documents/pdf/discours-eolien-11.pdf

  3. J’ai lu comme d’habitude ton article avec intérêt. Mais le semaine dernière j’ai regardé « envoyé spécial » où un reportage sur les nouvelles énergie était diffusé. Concernant les éoliennes on est loin, voir très loin du seuil de rentabilité qu’un particulier pourrait s’attendre à avoir. De plus ces éoliennes sont mal implantées et ne donne pas le rendement qu’on pourrait en attendre. Il y a des scientifiques qui ont étudié la carte des vents en France point par point implantation par implantation. On ne peut pas mettre d’éolienne n’importe où. Certains particuliers voient leur « investissement complètement « bousillé » par le fait qu’ils ont été mal conseillé ! Ça touche également le domaine des pompes à chaleur, comme celui des panneaux solaires. Ces techniques ne sont pas tout à fait au point et engendrent pour leur fabrication ou leur recyclage plus de pollution qu’ils ou elles en évite.
    Alors à qui se fier ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :